10 RAISONS DE CONSTRUIRE EN BOIS

10 RAISONS DE CONSTRUIRE UNE PERGOLA BOIS

Matériau écologique par excellence, le bois

Matériau écologique par excellence, le bois est aussi un allié de la

construction performante. Deux raisons essentielles de construire une pergola

bois, auxquelles viennent s’ajouter de nombreux atouts.

1. Le bois, naturel, renouvelable, recyclable

Le « matériau bois » utilisé pour la construction d’une pergola bois pas cher présente de nombreux intérêts sur le plan écologique.
C ‘est un des rares matériaux de construction à être à la fois naturel, renouvelable et recyclable.
Mieux encore que « naturel », son utilisation ne requiert que peu de transformations.
A ce titre il consomme peu d’énergie et engendre peu de pollution.
Renouvelable, le bois l’est évidemment, mais à condition que les forêts d’où il est extrait soient durablement
gérées et donc replantées, ce qui est majoritairement le cas avec le bois européens. Les labels PEFC et FSC
attestent de cette gestion durable. Recyclable, enfin, car le bois peut-être récupéré à des fins industrielles
(fabrication de panneaux) ou énergétiques (utilisation comme combustible)

2. La lutte contre le changement climatique

Lors de sa croissance, un arbre capte le CO2 de l’atmosphère. Le phénomène de photosynthèse lui permet de
stocker le carbone dans sa matière tandis qu’il relâche de l’oxygène. Concrètement, pour 1 tonnes de bois, on
considère que 1,6 tonnes de CO2 aura été capté au cours de la croissance, dont 0,44 tonnes de carbone stocké et
1,16 tonnes d’O2 relâché. Ce stockage du carbone par les arbres porte un nom : l’effet puits de carbone.
Un effet qui perdure dans le temps, surtout si le bois est coupé puis transformé ; car si le bois vieillit et pourrit sur
pieds, le carbone est restitué à l’atmosphère. Il est donc important de continuer à exploiter le bois de nos forêts et à
le mettre en œuvre massivement de sorte à accroître le puits de carbone. Une exploitation d’autant plus nécessaire
que les jeunes arbres captent mieux le CO2 que ceux arrivés à maturité.

3. Souplesse architecturale bois

Du point de vue de la conception, le bois autorise de nombreux styles. Les différentes manières de
construire en bois (massif empilé, massif en panneaux, à ossature plateforme ou poteau-poutre) déterminent à
elles seules des conceptions de maisons bois très diverses : depuis le chalet en rondins ou en madriers en passant
par le pavillon classique, le cube ultra-contemporain ou la construction à structure apparente avec mur-rideau…
Tout un chacun peut trouver une construction bois qui lui corresponde, jouant la carte du bois ou oubliant tout
bonnement la présence du matériau qui sait aussi se faire discret.
Au-delà du type constructif, le matériau lui-même est particulièrement « souple ».
Sa robustesse et légèreté permettent aux architectes une indéniable créativité.

4. les techniques high-tech

abri jardin table de jardinLes métiers de la construction bois sont aujourd’hui des métiers de pointe ; et la construction bois d’évoluer
vers la haute technologie. Ainsi, après le conception les plans d’une maison (standardisé ou sur-mesure) sont
validés par des bureaux d’étude en structure (et éventuellement thermiques). Des ingénieurs calculeront et
dimensionneront les bois de sorte à assurer une stabilité sans faille à la construction. Ces calcules sont ensuite
transmis à des machines à commandes numériques qui découpent les sections au millimètres près. La phase de
fabrication des composants se déroule ensuite en général en atelier. Selon les constructeurs, structure pré-montée,
pans de murs remplis, ou encore modules (en trois dimensions) sortiront des ateliers avant d’être assemblés.

5. Un chantier propre et rapide

La construction bois n’exige pas d’eau, contrairement à la construction maçonné. Outre un meilleur
respect de l’environnement du fait de l’économie d’eau, le chantier « sec » résout les éventuels problèmes
d’acheminement d’eau sur le site. L’absence de séchage réduit les délais de chantier. Enfin, les chantiers en
construction bois sont réputés propres : un, parce qu’ils sont sec, deux, parce que les étapes de découpes et
d’assemblages sont le plus souvent réalisées en atelier. Il ne restera que la mise en œuvre à réaliser sur le terrain,
puis le remplissage éventuel de la structure : donc des délais de chantier très courts.

6. Des constructions résistantes et durables

La maison bois n’est pas une cabane. C’est une construction qui fais appel à de nombreux talents, calculs et
connaissances. Une construction qui, réalisée dans les règles de l’art, pourra durer des siècles. Quelques-unes de
nos villes au patrimoine médiévale préservé, à l’image de Troyes, Rouen ou Strasbourg, sont là pour en témoigner.
Ce, parce que le bois sélectionnés par la construction présentent les caractéristiques de résistance nécessaires à ce
rôle : soit ils sont naturellement durables, soit ils font l’objet de traitements. Cette durabilité, naturelle ou conférée
par des traitements, leur permet de résister à l’humidité et aux éventuelles attaques de
champignons ou d’insectes lignivores. Enfin, contrairement aux idées reçues, le bois a un
comportement idéal face au feu : il se consume lentement, sans émettre de gaz toxiques et avec un rythme
que l’ont peut calculer. Ainsi, une structure en bois est en plus en termes de sécurité car elle laisse le temps aux
pompiers d’intervenir sans risque d’effondrement.

7. Le bois, pour tous les budgets

La construction bois propose des solutions pour tous les budgets. Comme pour toute autre construction, Le coût
dépendra du type de projet envisagé et de son ampleur. Des pavillons simples et réalisés en séries permettent aux
professionnels de proposer des prix très attractifs (entre 1000 et 1500 euros/m2) ; un projet sur mesure, conçu par
un architecte et présentant un dessin original voir complexe sera, bien entendu plus coûteux. Il est, par contre,
envisageable de faire baisser les coûts en ne commandant au constructeur que le « clos couvert » et en réalisant
soi-même les finitions, voire le second œuvre pour les plus aguerris. Attention à l’auto-construction qui, dans la
plupart des cas, vous privera de garantie décennale.

pergola bois pas cher8. Maisons bois, évolutives

La maison bois, plus encore la maison à ossature bois, est une maison qui peut facilement évoluer avec les besoins
de la famille. Il est relativement simple de lui adjoindre une extension, de modifier ou créer des ouvertures, de
surélever d’un étage etc. Avantage de la construction « sèche » , les habitants peuvent souvent rester dans leur
maison le temps des travaux. La construction « en modules 3D » va encore plus loin en proposant aux acquéreurs
d’investir dans un premier temps dans un ou deux modules, auxquels pourront se rajouter d’autres modules qu’il
suffira d’accoler ou d’empiler sur les précédents.
La maison en bois affiche de solides atouts : elle permet une audace architecturale avec des décrochages de
façade, des déplafonnements pour donner plus d’espace, des bardages différents pour rompre la monotonie. Du fait
de sa rareté, de sa qualité de construction qui s’adapte à tous les terrains et de sa qualité de vie à l’intérieur, ce type
de maison se revend bien.

9. Adapté à la construction performante

Pour commencer, il faut souligner que le bois est un matériau thermiquement intéressant du fait de
sa faible conductivité. Sans dire pour autant que c’est, à l’état brut, un matériau isolant, il présente un certain
avantage lorsqu’il est question d’éviter toute perte de calorie (en l’occurrence, par conduction). La construction à
ossature bois génère moins de ponts thermique qu’une construction en maçonnerie. Les points singuliers
(assemblages et points de jonction), étant réglés en partie par l’apposition de films pare-vapeur et pare-pluie/ pare-
vent qui améliorent l’étanchéité du bâtiment. Cette technique apportées par la construction bois, est d’ailleurs de
plus en plus utilisée dans les autres modes constructifs. Enfin, une maison bois pourra être isolée entre montants
(pour une maison ossature), par l’intérieur et/ou par l’extérieur.

10. L’incitation par la réglementation

L’impulsion du Grenelle et la volonté de minimiser l’impact environnemental du secteur du bâtiment ont

généré un intérêt indiscutable pour le bois et sabri de jardin et pergola en boison effet « puits de carbone ». Ainsi, le 15 mars 2010, un

nouveau décret (révision d’un décret de 2005) est paru fixant de nouveaux seuils pour les quantités de bois

minimales dans les bâtiments neufs. Pour les maisons (constructions ne comportant pas plus de 2 logements) dont

la demande de permis de construire est déposée entre le 1 décembre 2010 et le 30 novembre 2011, cette quantité

doit être supérieure à 20 dm3 de bois /m2 de SHON. Elle passera à 35 dm3 de bois/m2 de SHON à compter du 1er

décembre 2011. Pour plus de clarté, la charpente traditionnelle en bois d’une maison affichant une SHON de 96

m2 représente 22,9 dm3 de bois/m2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.